Cannibale

  (France)
Born Bad
Cannibale
« NO MERCY FOR LOVE »
 
Encore inconnus sur la carte du rock, les Français de Cannibale doivent leur nom au fait qu’ils pratiquent « une sorte de garage réunionnais » où la moiteur tropicale du groove bouffe lentement toutes les idées reçues sur ce que devrait être une sortie Born Bad (des Blousons noirs écoutant Johnny, mais attendez, on va y revenir). Si cannibalisme il y a sur « No Mercy of Love », c’est donc plus en référence aux rythmes caribéens qu’on entend parfois, ainsi qu’à ce psyché de cambrousse, qui font de ce premier album une sorte d’anomalie au pays des 35 heures.

Pas de silence chez Cannibale, et pour les agneaux, on en restera au bled paumé où vivent les membres du groupe (un hameau en Normandie, 300 âmes vaches comprises). Plus que de bouffer des hommes, les mecs ont jusque là plutôt rongé leur frein. Leur histoire, comme leur musique, sort un peu des caciques : une rencontre au collège pour le guitariste Manuel et le chanteur Nicolas (jusque là c’est l’histoire de 99% des groupes de rock), sauf que les membres de Cannibale ont un profil à la Frustration (ils ont dépassé la quarantaine). Que s’est-il pendant vingt ans ? Les mecs y ont cru dur comme une barre à mine, ont joué dans des tonnes de groupes pas retenus au casting (Boloniaise, Amib, Kouyaté Neerman, Renza Bo, Blast…). Après avoir gagné un tremplin Inrocks Labs avec leur avant-dernier groupe (Bow Low) et sorti deux albums chez Because Editions, les Normands décident finalement de créer Cannibale en 2016.

A priori, le début de cette non carrière ne laissait pas présager de ce qu’on peut aujourd’hui entendre sur « No Mercy Of Love », à savoir un étonnant mélange entre cumbia, rythmes africains et rock garage ; dit autrement, une sorte de chainon manquant entre Fela Kuti, les Doors et The Seeds. Pour se hisser sur le podium de la gloire, Cannibale a finalement la bonne idée de sortir un tabouret du placard puis de contacter JB de Born Bad. Et c’est là qu’on entre dans un remake de L’équipée sauvage avec Brando : « JB puis nous a répondu ça lui plaisait, alors il est venu en moto chez nous, il a fait un dérapage pour nous impressionner, et on a mangé de la purée. Il en a repris deux fois, tout en nous disant : ‘’cette purée est complètement baiséee !’’. Après il est reparti en nous disant : ‘’en route pour la gloire !’’. Alors on attend ». Avec des morceaux comme Hidden Wealth, Cariibbean Dream ou Mama, patience les gars, ça ne devrait pas tarder à arriver.

Après les récents « The Quirky Lost Tapes » d’El Blaszcyk et du « Rhapsode » de Forever Pavot – à qui Cannibale fait parfois penser –  cet album est une nouvelle preuve de l’ouverture d’esprit du label qui confirme aussi la passion du patron pour les destins tordus. Qui d’autre aurait pu miser sur une bande de quarantenaires aussi blancs dans leurs origines qu’ils sont noirs à l’intérieur ? A priori, personne. « Sortir notre album à plus de quarante balais, ça nous fait bien marrer. Evidemment qu’on y croit toujours, on fait que ça, ça nous maintient en vie ». Comme quoi, on peut se nommer Cannibale et croire aux résurrections.  

texte par Bester Lang (Gonzaï)

/////////////////////////////////////////////

Still unknown in rock territory, French band Cannibale gets its name from its «kind of exotic garage» music whose humid tropical groove is slowly eating up all the stereotypes about Born Bad releases. If there’s cannibalism to be found in «No Mercy for Love», it’s in reference to the Caribbean rhythms here and there, and to the psychedelic sound from the backwoods that make this first album a peculiar occurrence in the land of strikes and wine drinkers.

There’s never any silence with Cannibale and, as for the lambs, we’ll stick to the village in the middle of nowhere where the band members reside—a hamlet in Normandy with a total population of 300 including the cows. Rather than human flesh, these guys have been feeding on their own impatience. Their tale, just like their music, doesn’t fit any usual standards: lead guitarist Manuel and singer Nicolas met in junior high (which is the case for 99% of rock bands so far), but the members of Cannibale have a Frustration type profile—almost all of them are over forty. What happened during the last twenty years? With unbending faith, these guys played in loads of bands that never made it to the top (Amib, De Rien, 7Questions, Kouyaté Neerman, Renza Bo, Blast…) and even ended up playing as session musicians alongside Camile Bazbaz or Johnny Halliday. After winning the Inrocks Labs contest with Bow Low, their penultimate band, and releasing two albums with Because Editions, the Norman guys finally decided to create Cannibale in 2016.

In theory, considering the beginning of their career, or lack thereof, you couldn’t imagine you’d end up hearing the sounds from «No Mercy for Love»: a surprising mixture of cumbia, African rhythms and garage music. Or, if you will, a kind of missing link between Fela Kuti, The Doors, and The Seeds. So as to climb the ladder of success, Cannibale eventually had the good idea to add a seat to the table and contact JB from Born Bad. That’s when the story turns into a remake of The Wild One, the Brando movie: «JB told us he liked what he heard, so he drove his motorcycle to our place, tried to impress us with a controlled skid, and then we had mashed potatoes. He helped himself to two more servings and said ‘’This mash is totally fuucked!’’ Later on, on his way out, he said: ‘’Let’s hit the road to glory!’’ So now we wait.» With such tracks as Hidden Wealth, Carribean Dream, or Mama, stay patient guys, success shouldn’t be too late to come now.

Following other recent releases such as El Blaszyck’s «The Quirky Lost Tapes» and «Rhapsode» by Forever Pavot—whom Cannibale resembles at times—this album is yet another testimony of the label’s open-mindedness, a proof of the boss’s passion for uncommon destinies. Who else would have betted on a bunch of forty year-olds whose origins are as white as their soul is black? No one, in theory. «Releasing the album in our forties, we think it’s a laugh. Of course we keep on believing, it’s all we do, it’s what’s keeping us alive.» Goes to show you can be called Cannibale and still believe in resurrections.

Prochains concerts

Samedi 
29 
Septembre 20h30
24H Dement(es) #10
Rockstore
Montpellier
Vendredi 
02 
Novembre 20h30
Sons D'Automne
Queven

Concerts Passés

Samedi 
15 
Septembre 2018
Le Brise Glace
Annecy
Dimanche 
02 
Septembre 2018
Les Siestes Teriaki
LE MANS
Vendredi 
31 
Août 2018
Black Bass Festival
Braud-et-Saint-Louis
Vendredi 
17 
Août 2018
Montesquiou On The Rock's
Montesquiou
Jeudi 
19 
Juillet 2018
Festival Le Sable,Les Mouettes et Les Guitares électriques
Trouville-sur-Mer
Samedi 
14 
Juillet 2018
LES SUDS
Parc des Ateliers
Arles
Samedi 
09 
Juin 2018
One + one Festival
La Péniche
Chalon-sur-Saône
Samedi 
02 
Juin 2018
Festival We Love Green
Festival We Love Green
Paris
Samedi 
02 
Juin 2018
Rockerill Fest
Rockerill
Marchienne
Vendredi 
01 
Juin 2018
Festival Yeah!
Lourmarin
Samedi 
26 
Mai 2018
Festival One + One
La Metairie Bruyere
Parly
Vendredi 
25 
Mai 2018
Festival Pelpass
strasbourg
Samedi 
12 
Mai 2018
Le Plan
Ris Orangis
Samedi 
14 
Avril 2018
Ouvre boîte
Beauvais
Jeudi 
29 
Mars 2018
Le Grand Mix
Tourcoing
Samedi 
24 
Mars 2018
La Rodia
Besançon
Vendredi 
23 
Mars 2018
Salle Jeanne d'Arc
VERDUN
Samedi 
17 
Mars 2018
Case à Chocs
Neuchâtel
Vendredi 
16 
Mars 2018
Le Sommercasino
Bâle
Jeudi 
15 
Mars 2018
Le Mouton Noir
Fribourg
Mercredi 
14 
Mars 2018
L'Ecurie
Genève
Samedi 
10 
Mars 2018
Fuzz'Yon
La Roche sur Yon
Vendredi 
09 
Mars 2018
Le Kalif
Rouen
Mercredi 
21 
Février 2018
La Lune des pirates
Amiens
Vendredi 
16 
Février 2018
Transbordeur
Lyon - Villeurbanne
Samedi 
03 
Février 2018
Festival Allo Tropiques
Le Temps Machine
Joué-lès-Tours
Samedi 
27 
Janvier 2018
Le Fil
Saint Etienne
Vendredi 
19 
Janvier 2018
Eurosonic Noorderslag
Huis "De Beurs"
Groningen
Vendredi 
15 
Décembre 2017
w. Marietta
Festival Les Aventuriers
Fontenay-sous-Bois
Vendredi 
01 
Décembre 2017
afterwork show - gratuit
La Luciole
Alençon
Vendredi 
24 
Novembre 2017
10ans Born Bad avec Frustration, Cannibale, Le Villejuif Underground
Paloma
Nîmes
Samedi 
18 
Novembre 2017
Au Lokal
Puymirol
Jeudi 
16 
Novembre 2017
Capsule Anniversaire Born Bad
Rock School Barbey
Bordeaux
Mercredi 
15 
Novembre 2017
Joker's Pub
Angers
Jeudi 
02 
Novembre 2017
Concert Surprise à Vannes
Festival Les Indisciplinés
Lorient
Vendredi 
20 
Octobre 2017
La Bobine
Grenoble
Samedi 
14 
Octobre 2017
[ ANNULE ]
Café de la Danse
Paris
Vendredi 
13 
Octobre 2017
10 ans de Born Bad Records à Sannois !
EMB Sannois
Sannois
Samedi 
07 
Octobre 2017
La Clef
Saint-Germain-en-Laye
Vendredi 
06 
Octobre 2017
Marché Gare
Lyon
Samedi 
30 
Septembre 2017
Le Cargo
Caen
Samedi 
23 
Septembre 2017
Le Pingouin Alternatif
Arthez-De-Béarn
Vendredi 
22 
Septembre 2017
Le Magneto
Bayonne
Jeudi 
21 
Septembre 2017
La Centrifugeuse
Pau
Samedi 
16 
Septembre 2017
Anniversaire Born Bad Records
Magasin 4
Bruxelles
Samedi 
26 
Août 2017
Festival Bonus #6
Théâtre de Poche
Hédé-Bazouges
Vendredi 
25 
Août 2017
Scène Firestone
Rock en Seine
Paris
Samedi 
19 
Août 2017
Association Terra Incognita
Carelles
Dimanche 
02 
Juillet 2017
Festival Biches
Cisai-Saint-Aubin
Samedi 
10 
Juin 2017
Festival Stéréolithe #4
Parc de la cure d’air
Nancy
Dimanche 
04 
Juin 2017
L'Autre Festival
Parc de Capèle
Capdenac-Gare
Samedi 
27 
Mai 2017
Festival d'Olt
Festival d'Olt
Le Bleymard
Vendredi 
26 
Mai 2017
Gonzai Night
Le Tetris
Le havre
Vendredi 
19 
Mai 2017
10 ans Born Bad Records
Le Chien Stupide
Nantes
Jeudi 
20 
Avril 2017
Anniversaire BORN BAD RECORDS au Printemps de Bourges.
Le Nadir
Bourges
Samedi 
01 
Avril 2017
Antipode
Rennes
Samedi 
11 
Mars 2017
BAM
Metz
Dimanche 
05 
Mars 2017
Paris Internatinal Festival of Psychedelic Music 2017
La Cigale
Paris
Samedi 
04 
Mars 2017
La Nef
Angoulême
Samedi 
04 
Février 2017
tournée Empires of Shame
L'Astrolabe
Orléans
Vendredi 
02 
Décembre 2016
Bars en Trans - Le Bar Hic - Soirée Born Bad
Bar en Trans
Rennes
+
-

Photos

Cannibale * crédit Djavanshir #7
Cannibale * crédit Djavanshir #4
Cannibale * crédit Djavanshir #5

Vidéos

Hidden Wealth
Diabolic Prank
Mama
Three Minute God
No Mercy For Love